PALU savon

Deux étudiants burkinabé et burundais arrivent avec un projet innovant qui a été primé par l’université de Berkeley en Californie. Les deux chercheurs ont mis au point le « Fasoap » (Savon du Faso en anglais Faso soap), un savon qui permet de lutter contre le paludisme en éloignant les moustiques et en tuant leurs larves. 

Composé à partir d’ingrédients locaux, tels que la citronnelle et le karité (ils ne tiennent pas à révéler la liste complète des composants) le savon a la particularité de repousser les moustiques et de tuer les larves, empêchant ainsi la prolifération du plasmodium. 
Ce parasite, véhiculé par les moustiques est la cause du paludisme chez l’être humain. D’après Moctar Dembélé, Il ne  présente pas d’effets secondaires, contrairement aux comprimés préventifs.

Plus de 600 000 personnes meurent chaque année du paludisme dans le monde. Cette recherche est primordiale pour les deux chercheurs.  Le Fasoap pourrait bien sauver un nombre incalculable de vies. Le Burkinabé Moctar Dembélé et le Burundais Gérard Niyondiko sont tous deux étudiants au Burkina Faso.

Une solution efficace pour seulement 300 FCFA

Le savon, coûte 300 FCFA,  donc accessible au plus grand nombre de personnes. Les deux étudiants, premiers Africains à être ainsi récompensés par l’Université californienne souhaitent, une fois les tests complémentaires terminés, monter leur entreprise pour enfin  commercialiser le Fasoap à seulement de 300 francs CFA, soit 46 centimes d’euros.